Mobylette Motobecane : de la M51 à la MBK 51

La M51 est la mobylette Motobecane la plus répandue. Plus puissante que la classique M50 grâce à son moteur AV 10 à admission par clapets, elle profite d’un look plus moderne qui plait à tous les cyclomotoristes.

Lancée en 1978, ce cyclo universel mythique, renommée MBK 51 après 1983, continue de parcourir les routes françaises malgré l’arrêt de sa production en 2003. Retour sur ses nombreuses séries qui ont rythmé ses 25 années d’existence.

MBK 51V de 1999

Historique de la M51

En 1978, Motobecane dévoile la M51, une version évoluée du M50 adoptant une esthétique à la page et un moteur plus puissant et d’avantage économique. Plusieurs versions de la M51 vont voir le jour et ainsi enrichir la série.

51-motobecane-1978

Châssis

Toutes les 51 sont construites autour d’une structure en acier monocoque intégrant un réservoir d’essence de forme ovoïde. Leurs amortisseurs arrières (apparents, cachés ou hydrauliques à bombonne séparée), plus inclinés que ceux de la série 50, offrent une meilleure tenue de route et un confort amélioré.

Le bras oscillant est de section ronde sur les premières séries puis rectangulaire sur les derniers modèles et les versions sportives. En 1980, il se voit équipé d’un système d’antivol à barre.

Partie cycle

Les M51 standards sont dotées d’une fourche à graisse avec coulisseaux proches de l’axe de roue et d’un phare rectangulaire. Les modèles assemblés à la fin des années 1970 profitent d’une fourche sport équipée d’un phare rond. Les versions sportives ont bénéficié d’un kit carrosserie et d’une tête de fourche carénée.

Phare carré des 51 Motobecane

Phare carré des 51 Motobecane

Les roues à rayons équipent les premiers modèles et les séries utilitaires. En 1979, les jantes à bâtons en aluminium font leur apparition sur le modèle 51 super pour répondre aux standards esthétiques des jeunes.

Le système de frein à tambours, dont le diamètre et l’efficacité n’ont cessé d’augmenter au cours de l’histoire, n’égalera jamais les freins à disques montés de séries sur quelques rares modèles destinés à la compétition.

Moteur

Le moteur de la famille 51 est une version évoluée du bloc AV 7 des années 1950. Ce nouveau carter, plus puissant de 1 cheval DIN, inaugurait une forte évolution technique avec une admission par clapets et 3 transferts. Il était alimenté par un carburateur de 12 mm à l’origine puis 14 mm par la suite.

Moteur AV10 des 51 Motobecane

Moteur AV10 des 51 Motobecane

Au milieu des années 1980,

  • un allumage électronique s’est répandu améliorant grandement la fiabilité,
  • les échappements standards ont fait place aux pots de détente de type Cobra,
  • le système de démarrage est devenu à kick sur les versions sportives abandonnant le pédalage,
  • un système de refroidissement à eau fut monté de série sur certaines gammes.

Seule la transmission à variateur, déjà présente sur le moteur AV 7, est conservée sur toutes les M51.

Les différentes déclinaisons de la M51

51 V

M51 V de 1986

51 V de 1986

51 VL

M51 VL de 1986

51 VL de 1986

51 VLC

51 VLC de 1980

51 VLC de 1980

51 VS

52 VS de 1982

51 VS de 1982

51 S commercialisée en 1986

M51 S de 1986

51 S de 1986

Seule la 51 V figure au catalogue durant l’intégralité de l’existence de la gamme. En 1986, elle devient même la seule version proposée aux côtés des différentes séries limitées.

Si la 51 voit le jour dans l’usine Motobecane, c’est sous l’enseigne MBK qu’elle terminera sa carrière. En 1983, lorsque Motobecane devient MBK, la 51 change de nom. Nait ainsi la MBK 51. Malgré tout, et avant tout par soucis de tradition, la 51 V continue d’arborer le logo Motobecane sur son réservoir jusqu’en 1995.

51 V de 1991 - 51 V de 1995

51 V de 1991 – 51 V de 1995

C’est finalement en 1996, alors qu’elle est mise en valeur par une belle carrosserie vert anglais, que la mobylette 51 se voit orner du logo MBK.

Enregistrer

Copyright © 2016 - Mobylette Mag - Mentions légales